Please select your country / region

Close Window
GT
Communauté GT SPORT
CHFR
GT Academy

Questions/Réponses avec les précédents lauréats Lucas Ordóñez et Jordan Tresson

LUCAS ORDÓÑEZ
 

Combien de temps passez-vous sur une session avant de faire une pause ?
D’ordinaire environ deux heures. Une heure et demie, deux heures.
 
Comment abordez-vous un nouveau circuit ?
Je prends mon temps dans les premiers tours pour découvrir les virages et puis après le 3e ou 4e tour j’essaie d’atteindre la limite.

Conseilleriez-vous de regarder les rediffusions de pilotes plus rapides ?
Oui, absolument. Regarder les 5 ou 10 meilleurs pilotes aide énormément. Vous pouvez repérer leurs trajectoires et leurs points de freinage. Si cette possibilité existait dans la réalité, ce serait très utile pour s’entraîner ! Dans Gran Turismo®, c’est très pratique.

Comment choisissez-vous le rapport de vitesse à utiliser dans un virage ?
Ce que j’ai appris cette année en course, c’est que si vous hésitez à prendre un virage en 3e ou en 4e par exemple, il vaut mieux le prendre en 4e. Il faut connaître son régime moteur au milieu de la courbe, à la vitesse la plus basse, puis prendre le temps d’essayer la 2de, la 3e, la 4e. Ça varie, mais en général il faut choisir le rapport le plus élevé pour limiter le patinage en sortie de virage.

Quand vous êtes sur un tour rapide, comment gérez-vous votre stress pour ne pas tout perdre dans les derniers virages ?
(Rires) Ça m’est arrivé très souvent à la GT Academy. C’est difficile, parce que vous essayez encore, encore et encore, et puis vous êtes dans un bon tour et dans les derniers virages la pression est énorme parce que vous avez passé des heures pour arriver à ce tour parfait et c’est là que vous faites une erreur. Il faut rester calme et être confiant. Si vous faites une erreur dans ce tour, vous aurez une autre chance plus tard. Restez serein et entraînez-vous énormément pour être confiant à 100%.

Si votre tour commence mal, recommencez-vous le tour ou le terminez-vous ?
Tout dépend. Si mon départ est vraiment mauvais ou que je fais une grosse erreur dans le premier ou le deuxième virage, je recommence. Mais parfois il vaut mieux faire un tour complet, surtout quand vous recommencez à jouer sur PlayStation® et que dans les premières minutes vous faites beaucoup d’erreurs. Même si vous faites des erreurs ou que vous avez des accidents, continuez à boucler vos tours pour vous entraîner. Ensuite, quand vous êtes en condition, vous pouvez redémarrer pour ne plus perdre de temps dans des tours complets.

Avez-vous des astuces pour vous préparer mentalement à faire un contre-la-montre compétitif ?
L’idéal est de trouver le temps de s’entraîner tous les jours. En termes de préparation mentale, le plus important est de pratiquer un peu tous les jours plutôt que quatre heures un jour et rien les trois jours suivants. En 2008, quand j’ai remporté la GT Academy, je m’entraînais tous les jours, ne serait-ce que 15 ou 30 minutes.

Comment savez-vous que vous avez atteint votre limite ?
On n’atteint jamais la limite. Je suis sûr que personne n’a atteint sa limite dans le jeu. Je me souviens des premiers jours après l’achat de mon volant, j’avais 3 ou 4 secondes de retard sur les autres. Quelques semaines plus tard, je n’étais plus qu’à un dixième de seconde et puis finalement j’étais le plus rapide. On n’atteint pas la limite. On s’entraîne encore et encore. Quand vous êtes compétitif, vous ne vous battez plus pour des secondes mais des moitiés ou des quarts de dixièmes et là vous êtes proche de la limite. C’est très difficile de définir une limite.

Préférez-vous poursuivre un fantôme ou évaluer votre performance avec les temps intermédiaires ?
Pour tout vous dire, j’utilisais mes fantômes. C’est une bonne référence, mais ils peuvent aussi vous mettre sous pression. Dans les premiers virages, vous ne voyez pas votre fantôme et vous pensez donc être dans un bon tour. Et soudain il apparaît ! Parfois, voir son fantôme est plus handicapant qu’autre chose, alors si vous êtes au top ou parmi les premiers du classement, je vous déconseille de l’utiliser. Dans un premier temps, pour apprendre, c’est pratique. Mais lorsque vous êtes assez performant pour vous battre au dixième de seconde, ça ne fait que vous rendre nerveux et vous pousser à la faute.

Quel angle de vue/quelle caméra utilisez-vous lors de vos contre-la-montre ?
La caméra avant, en plein écran.

Y a-t-il un équipement ou une tenue particulière que vous utilisez ou recommanderiez pour le contre-la-montre ?
Non, pas du tout. J’ai vu des joueurs utiliser des gants, mais je trouve ça ridicule. Le volant n’est pas si difficile à utiliser. Tout dépend de votre motivation. Je trouve très pratique de jouer sans chaussures.

Est-ce que vous conseilleriez d’afficher l’aide à la trajectoire pour découvrir un circuit ?
Si vous ne connaissez pas du tout le circuit, c’est pratique sur les premiers tours. Mais après non.
 
Y a-t-il des techniques de pilotage réelles qu’on puisse mettre en application dans GT5 ? (par exemple : freinage pied gauche, entrée lente/sortie rapide)
Oui, absolument. En termes de trajectoires, il est très réaliste. Pour aborder un virage, partez de l’extérieur de la piste, plongez à l’intérieur, et ressortez à l’extérieur. Utilisez toute la piste, ne restez pas à l’intérieur. Vous devez tourner avec le meilleur angle, comme dans la réalité. Le plus difficile est d’anticiper un peu le freinage et d’accélérer aussitôt que possible. Les gens préfèrent parfois freiner tard et fort, mais je ne le conseille pas. Je préfère freiner plus doucement, jusqu’au point de corde, puis accélérer le plus fort et le plus tôt possible.
 
Quand avez-vous appris que vous pourriez courir pour Nissan en LMP2 aux 24 Heures du Mans ?
Vous savez, j’ai encore du mal à le croire ! L’année dernière, quand PlayStation® et Nissan m’ont mis au volant d’une LMP pour mesurer mes performances et mes capacités, c’était incroyable. J’étais terriblement nerveux, mais après la course, j’étais content. Tout le monde était content. Je me suis dit : « Lucas, tu peux peut-être y arriver. ». Je me disais que je pourrais peut-être réaliser mon rêve et courir un jour aux 24 Heures du Mans. Je n’aurais jamais cru que ce serait possible dès la 3e année de la GT Academy. C’est incroyable.
 
Qu'attendez-vous de cette saison d’Intercontinental Le Mans Cup ?
Je ne sais pas. (Rires) J’aimerais d’abord me familiariser avec la voiture, qui est toute nouvelle. Aujourd’hui, nous sommes sur le circuit Paul Ricard pour tester la voiture mais je n’ai pas eu la chance de l’essayer. Nous sommes contents car la voiture a roulé 15 tours, soit 100 km, sans aucun problème. Je ne l’ai pas conduite, malheureusement. J’ai hâte d’être à Sebring. Ce sera un challenge de taille. Sebring est un circuit très difficile, très bosselé. C’est un circuit américain, avec les murs très proches de la piste. Un peu dangereux pour une première course. Je suis confiant. Je sais que je m’en suis bien sorti à Silverstone et l’équipe est contente de moi. Mes attentes : m’améliorer à chaque fois que je monterai dans la voiture et faire de mon mieux pour Nissan, apprendre, apprendre, apprendre et être prêt pour la course de l’année : Le Mans.
 
Si vous deviez comparer la machine de LMP2 à ce que vous avez pu piloter jusque-là ?
C’est complètement différent. Il y a les freins en carbone, l’appui aérodynamique et une puissance largement supérieure à ce que j’ai pu conduire jusque-là, comme la Nissan GT4. La LMP2 est beaucoup plus rapide et les points de freinage beaucoup plus tardifs. Tout est différent. Il faut que je m’y habitue. L’équipe et mes coéquipiers m’aident à m’améliorer à chaque fois que je m’approche de la voiture, comme aujourd’hui, pour étudier les données avec les ingénieurs. La voiture est aussi beaucoup plus rapide en virage et je dois donc m’entraîner tous les jours à la salle de sport. Ça n’a rien à voir avec une voiture de GT. Ce qui marque le plus, ce sont les freins en carbone et l’appui aérodynamique. Ils impliquent un style de pilotage radicalement différent.
 
Jusqu’où pensez-vous pouvoir poursuivre votre carrière de champion de la GT Academy, en considérant tout ce que vous avez fait jusqu’ici ?
Je crois que mon objectif ultime, avec la GT Academy, ce sont les 24 Heures du Mans. Mais on ne sait jamais. C’est la 3e année de la GT Academy et je vais déjà courir au Mans, à Sebring et à Petit Le Mans. Alors je ne sais pas jusqu’où peut aller ce projet ! Pour l’instant, je dois me concentrer sur la première course à Sebring, qui approche, et m’y préparer.
 
D’après vous, qui seront vos principaux rivaux cette année ?
Je ne sais pas. Je ne veux pas y penser. Je veux avant tout améliorer mon pilotage. Nous verrons à Sebring si nous pouvons nous battre pour le titre en Intercontinental Le Mans. C’est notre but. Je ne veux pas penser à qui peut être notre rival.
 
Qu’est-ce que vous diriez aux joueurs qui attendent de participer à la GT Academy pour la première fois, dans leur chambre, sur leur système PS3™, et qui lisent que vous allez participer aux 24 Heures du Mans cette année ?
Il faut qu’ils sachent qui sont Lucas Ordóñez et Jordan Tresson et ce qu’ils vivent aujourd’hui, après s’être investis à fond dans le simulateur Gran Turismo®. Ils verront alors jusqu’où peuvent les emmener Nissan et Playstation®. En sachant ce que ça a donné pour Jordan et moi, ils seront motivés pour participer à la GT Academy et en devenir le nouveau champion. Pour moi, il faut qu’ils se concentrent, qu’ils se focalisent sur ça. Je sais que certains pensent que jouer sur PlayStation® n’est qu’un loisir, mais pour remporter la GT Academy, il faut être sérieux, concentré sur son entraînement et pas seulement sur PlayStation®. Vous devez être en forme, professionnel, avoir un bon comportement, savoir communiquer, travailler en équipe. C’est un tout. Pour remporter la GT Academy et devenir un pilote de course, vous devez remplir toutes ces conditions.

De tous les circuits que vous allez parcourir en 2011, sur lequel êtes-vous le plus impatient de vous lancer ?
Le Mans, bien sûr !

GT5 vous aidera-t-il à vous familiariser avec le circuit de La Sarthe ? (aucun des autres n’est inclus dans le jeu)
Oui, bien sûr. Je pense faire la course de 24 heures sur PlayStation® ! Quoique, mes yeux n’y survivront peut-être pas ! Je tâcherai de m’entraîner.

Continuerez-vous à jouer à GT5 ?
Oui. Quand j’ai le temps, je joue encore. En attendant Le Mans, je m’entraîne sérieusement avec GT5.




JORDAN TRESSON


Combien de temps passez-vous sur une session avant de faire une pause ?
Je peux passer des heures sur PlayStation®, comme vous vous en doutez ! Ça dépend. Parfois je joue des heures, parfois je me lasse au bout d’une demi-heure. Pour se qualifier pour la finale de Silverstone, il faut jouer pendant des heures.
 
Comment abordez-vous un nouveau circuit ?
Tout d’abord, il faut en faire le tour pour en avoir une connaissance globale. Il n’y a pas de technique particulière. Essayez différentes choses pendant tout le tour. Personnellement, je pars à fond et si je finis dans le mur, je ralentis au tour d’après. (Rires) Bien sûr, dans la réalité vous ne pouvez pas faire ça, ce n’est pas une bonne approche.

Conseilleriez-vous de regarder les rediffusions de pilotes plus rapides ?
Oui, bien sûr. Vous pouvez en apprendre beaucoup. J’ai beaucoup appris en regardant Arnaud Lacombe, c’est très instructif. Vous vous dites toujours « Mais comment font-ils ça ? Comment peuvent-ils aller aussi vite ? » En les regardant, vous découvrez leurs trajectoires. Bien sûr, ça peut aider.

Comment choisissez-vous le rapport de vitesse à utiliser dans un virage ?
Tout dépend de mon feeling avec la voiture. Par exemple, sur les rapports inférieurs, vous pouvez avoir du patinage, alors il peut être judicieux d’anticiper le passage au rapport supérieur, notamment en sortie d’épingle ou de chicane lente. Ça dépend du régime moteur. S’il est un peu haut, alors passez un rapport.

Quand vous êtes sur un tour rapide, comment gérez-vous votre stress pour ne pas tout perdre dans les derniers virages ?
Ce que vous décrivez est un vrai problème, pour moi. Vous vous dites « Ne fais pas d’erreur ! S’il te plaît, pas maintenant ! » Et le plus souvent, vous faites cette erreur. Parfois, il vaut mieux désactiver le fantôme et simplement rouler. Pour moi, le mieux est de ne pas y penser et continuer.

Si votre tour commence mal, recommencez-vous le tour ou le terminez-vous ?
Le plus souvent, je sais que je ne devrais pas mais je recommence mon tour, même si je ne suis en retard que d’un dixième. Le problème, c’est que si vous le faites tout le temps, vous finissez par connaître par cœur le début du circuit, mais pas la fin. Alors vous pouvez vous retrouver sur votre meilleur tour mais ne pas avoir parcouru la fin du circuit depuis 15 ou 20 minutes. C’est délicat. Je conseille de toujours finir le tour, sauf en cas de grosse erreur. Mais ce n’est pas ce que j’ai fait !

Avez-vous des astuces pour vous préparer mentalement à faire un contre-la-montre compétitif ?
Soyez prêt à jouer des heures. Même si vous n’en avez pas envie et que vous savez que vous ne serez pas rapide, jouez. Chaque minute de jeu vous rend un peu plus performant. Pour la GT Academy, j’ai joué la nuit, jusqu’à 3 heures du matin. Je savais que je ne ferais pas de bons temps, mais je jouais pour jouer. Je pense que c’est utile.

Comment savez-vous que vous avez atteint votre limite ?
Je ne crois pas qu’on puisse atteindre sa limite. Vous pouvez toujours gagner au moins un millième de seconde ! C’est le problème : vous repérez un endroit où vous avez commis une erreur et vous pensez pouvoir améliorer votre temps. Au tour suivant, vous gagnez du temps à cet endroit mais vous en perdez à un autre. Vous voulez toujours aller plus vite. Enfin, je dirais que si après une heure vous n’avez toujours pas réussi à améliorer votre chrono, c’est que vous avez pratiquement atteint votre limite.

Préférez-vous poursuivre un fantôme ou évaluer votre performance avec les temps intermédiaires ?
J’ai l’habitude de désactiver les fantômes et de ne les activer qu’après certains virages pour savoir si je suis plus rapide ou non.

Quel angle de vue/quelle caméra utilisez-vous lors de vos contre-la-montre ?
Dans GT4 et GT5 Prologue, j’utilisais la caméra du pare-chocs, comme la plupart des joueurs. J’aime bien la caméra embarquée. Elle est bien mieux, d’un certain point de vue. Mais pour les contre-la-montre, caméra du pare-chocs.

Y a-t-il un équipement ou une tenue particulière que vous utilisez ou recommanderiez pour le contre-la-montre ?
Si vous êtes vraiment puriste, vous pouvez utiliser des gants avec votre volant. Personnellement, je conduis pieds nus. C’est tout. Rien de particulier.

Est-ce que vous conseilleriez d’afficher l’aide à la trajectoire pour découvrir un circuit ?
Vous pouvez essayer mais l’idéal est d’avoir ses propres trajectoires. Même en Formule 1, les pilotes ont des trajectoires différentes dans certains virages. Testez vos propres trajectoires et voyez celles que vous préférez.

Y a-t-il des techniques de pilotage réelles qu’on puisse mettre en application dans GT5 ? (par exemple : freinage pied gauche, entrée lente/sortie rapide)
Bien sûr, vous pouvez suivre les mêmes trajectoires que dans la réalité. Le talon-pointe ne sert à rien dans GT5, alors rien de particulier.

Continuerez-vous à jouer à GT5 ?
Oui, je pense. Sony m’a demandé de participer à un contre-la-montre spécial. Pas celui de la GT Academy, un autre. Bien sûr, j’essaierai de jouer pour voir où je me situe par rapport aux meilleurs temps.